Le toasteur fait fureur chez les éleveurs

Toutes les actualités
toaster
Et pourquoi pas toaster le soja, le lupin ou la féverole pour les rendre digestibles aux animaux et améliorer l'autonomie protéique des exploitations ? Un défi relevé grâce à l'achat d'un toasteur en Cuma. Aujourd'hui 37 adhérents répartis sur 5 départements profitent de la technique.

Depuis octobre 2015, la Cuma départementale du Gers a vu l'utilisation de son toasteur à soja grimper en flèche! Mais qu'est-ce qu'un toasteur me direz-vous?

Cette machine, en grillant les graines, détruit les facteurs anti-nutritifs afin de rendre le soja digestible pour les animaux. Elle permet d'améliorer l'autonomie protéique des exploitations. Toutefois, cette technique nécessite d'adapter les rations car le produit obtenu est entier et non déshuilé. Les éleveurs peuvent notamment s'appuyer sur la société de conseil Secopalm.
schéma toaster bis
Les éleveurs d'animaux monogastriques (canards et volailles) sont particulièrement intéressés par la technique, mais elle convient aussi aux élevages de bovins, d'ovins et de caprins. Le toaster tourne aujourd'hui sur cinq départements : le Gers, les Hautes-Pyrénées, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et le Lot-et-Garonne.

Une machine mobile sur 5 départements

Si le projet a été lancé pour 450 tonnes de grains réparties entre 17 producteurs, le volume traité avait déjà atteint les 1000 tonnes en mai 2016 et 1500 tonnes/an de grains sont toastées fin 2016. La machine de la marque italienne Mecmar, commercialisée par Hervé Silo, permet de toaster du soja mais aussi du lupin et de la féverole.

Aujourd'hui, le toasteur atteint ses limites en termes de volume traité, de nouveaux adhérents peuvent rejoindre la démarche à condition d'être à proximité d'adhérents existants pour faciliter l'organisation.

Toutefois, pour 2017, la Fédération des Cuma Béarn Landes Pays basque envisage d'investir dans un second toasteur ce qui permettra de dégager du temps pour le Gers, les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne.

Le toasteur en quelques chiffres clés

  • tonnes engagées: 1500 tonnes/an
  • débit de chantier: 1,5 à 2 tonnes/heure
  • consommation : 40 l GNR/heure
  • investissement : 80 000 €
  • facturation : 41 €/heure hors GNR
  • capital social : 12 €/tonne engagée
Contact: Raphaëlle Poissonnet de la FD Cuma du Gers - 05 62 61 79 20

Pour en savoir plus, lire aussi:
►l'article d'Entraid "un toaster de soja pour les filières tracées" suite à la journée de démonstration du 17 juin 2015;
le compte-rendu du Gabb 32
les valeurs alimentaires des graines toastées
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Changement en cette fin d’année sur l’homologation des matériels trainés de type R (matériel de transport comme les remorques et les tonnes à lisier) et de type S de plus de 1.5T (matériels ou instrum

Lire la suite de l'article

Des agriculteurs gersois férus d’agronomie et de conservation des sols cherchent à réduire l’intensité du travail du sol en Agriculture Biologique (AB). Il est vrai qu’à l’heure actuelle, Agriculture

Lire la suite de l'article

Le 26 avril 2018, la Fédération des Cuma organisait une journée technique, chez la famille Périssé à Sarragachies, autour de l’épamprage mécanique et du désherbage mécanique interceps.

Lire la suite de l'article