Deux GIEE gersois

Toutes les actualités
GIEE
Deux GIEE pour impulser le développement d’une filière plantes aromatiques et pour réfléchir à la gestion de la fertilité des sols en Agriculture Biologique.
Réfléchir et innover ensemble dans les pratiques culturales est un moyen d’être en mouvement permanent pour s’adapter aux changements et ils sont nombreux ; réduire les intrants, limiter le travail du sol, diversifier le revenu de l’exploitation et ainsi rationaliser les risques liés à l’évolution des cours des marchés. Autant de composantes qui soulèvent de nombreuses interrogations.
C’est le pari que souhaitent relever la CUMA de Rozes et la CUMA de La Belmontaise en créant chacune un GIEE pour tenter d’expérimenter et d’innover face à ces enjeux de tailles.

La FD Cuma du Gers avec la FR Cuma Occitanie ont réalisé une réunion d’information début 2021 sur les GIEE ; Intérêts, objectifs, pourquoi, pour qui ?
Suite à cette 1ere rencontre, les CUMA de la Belmontaise et de Rozes ont souhaité poursuivre l’aventure.



Pour la CUMA de la Belmontaise, le groupe s’est constitué autour de la gestion de la fertilité des sols en agriculture biologique.
L’intégration de couverts végétaux ainsi que l’amendement des parcelles paraît essentiel pour préserver la fertilité des sols dans un système à bas niveau d’intrants. Paradoxalement la gestion du salissement en AB est très dépendante du travail du sol, ce même travail du sol qui contribue à accentuer les phénomènes d’érosions et à la minéralisation de la matière organique.

La question est essentielle et le dilemme de taille !

Pour la CUMA de Rozes, les adhérents se sont regroupés autour d’un agriculteur fraichement rentré dans la CUMA avec le projet de développer la filière PPAM (Plantes à Parfums, Aromatiques et Médicinales) dans le Gers.
L’adhérent en question, Bruno FRAYSSE est également co-gérant d’une distillerie dans la Haute Garonne.
Le but de ce GIEE serait de créer et développer une filières plantes aromatiques afin de fournir des laboratoires locaux en huiles essentielles notamment.
La filière PPAM étant difficile à assumer seul et pour optimiser l’investissement matériel, le groupe Cuma, qui plus est intégré dans un GIEE, semble être le moyen idéal pour faire naître ce projet.


La création d’un GIEE permettra de financer un accompagnement pendant 3 ans afin de suivre l’évolution du projet, visiter des exploitations, faire des formations, avoir des retours d’expériences et amener des correctifs quand cela sera nécessaire.
La FR Cuma Occitanie se propose d’épauler les fédérations départementales pour le suivi administratif et les dépôts des dossiers. L’animation sera faite par le département.
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

20 Septembre 2022

JOURNÉE TECHNIQUE : Rénovation et entretien des prairies & Nettoyage bords de parcelles

Lire la suite de l'article

Avec l’augmentation des surfaces en tournesol en 2022, certaines CUMA font le choix d’acquérir un équipement pour le récolter.

Lire la suite de l'article

Les stations météo connectées sont nombreuses mais que peuvent-elles vous apporter sur votre façon de travailler et de décider ?

Lire la suite de l'article